Qu’est-ce que l’hypnose ?


Hypnose définition

lecon d'hypnose à la Salpêtrière par Jean Marie Charcot

Jean-Marie Charcot donne une leçon d’hypnose à la Salpêtrière – source image : Wikipedia

  • Selon le petit Larousse, Le terme hypnose désigne « un état de conscience particulier, entre la veille et le sommeil, provoqué par la suggestion ».
  • Selon le Dr Mason, l’hypnose est « un état temporaire d’attention modifiée dont la caractéristique est une suggestibilité accrue ».
  • Selon Erickson, l’hypnose « c’est une relation pleine de vie qui a lieu dans une personne et qui est suscitée par la chaleur d’une autre personne ».

Il est difficile de trouver une définition de l’hypnose, et rien qu’une. On a pour autant pu observer que le rythme cardiaque de la personne hypnotisée est plus proche de celui observé à l’état de veille qu’à l’état de sommeil. Plus précisément, la personne hypnotisée est amenée à apporter sa concentration sur un point visuel et auditif. On peut donc plus penser à une hyperdécontraction plutôt qu’à une décontraction mentale.

Histoire de l’hypnose

Histoire de l'hypnose

Portrait de Franz-Anton Mesmer – Source image: Wikipedia

L’histoire de l’hypnose commence au 18ème siècle avec le médecin allemand Franz Anton Mesmer (1734-1815). Ce dernier est alors persuadé que le corps humain est imprégné d’un fluide magnétique invisible (appelé le magnétisme animal), sur lequel il est possible d’agir. Il pensait que la maladie pouvait être un blocage du corps à la circulation fluide. Après son doctorat de médecine, Mesmer soigna plusieurs de ses patients et traita de nombreuses maladies grâce au fluide magnétique. Il est dit que ses patients étaient à l’époque « en état de transe ».

Après Mesmer, l’hypnose devient très populaire. L’anesthésie par « sommeil magnétique » sera utilisée par le Dr John Elliotson, lors de ses interventions chirurgicales. Avec le Dr Jean-Marie Charcot, célèbre neurologue, l’hypnose devient synonyme d’hystérie. En effet, le Dr Charcot soignait à cette époque de nombreux hystériques, par l’hypnose, d’où la confusion.

Les travaux d’Hippolyte Bernheim (1840-1910), professeur à l’université de Nancy démontreront que l’hypnose est un potentiel qui existe chez tous les êtres humains. C’est là que prendra fin la notion de magnétisme animal. Milton H. Erickson (1901-1980), psychiatre américain, révolutionna les concepts de l’hypnose et les formes de thérapie. L’hypnose Ericksonienne est née en 1937.

Les 4 formes de l’hypnose

L’hypnose éricksonienne

L’hypnose éricksonienne provient donc de la pratique du Dr Milton Erickson. Elle est caractérisée par une pratique souple de l’hypnose, indirecte et non dirigiste. Lors d’un séance d’hypnose éricksonienne, le thérapeute fait en sorte que conscient et inconscient travaillent ensemble pour résoudre le problème du patient. Cette forme d’hypnose a donné naissance à de nombreux courants moderne comme la thérapie familiale ou systémique ou encore la PNL (programmation neuro-linguistique).

L’hypnose classique et semi-traditionnelle

L’hypnose classique a été la première manière de pratiquer l’hypnose. Cette forme d’hypnose est caractérisée par un aspect autoritaire et directif du patient hypnotisé.

L’hypnose humaniste

L’hypnose humaniste diffère des autres types d’hypnose par de nombreux aspects. Ici, le médecin hypnotiseur ou l’hypnothérapeute ne s’adresse pas seulement à l’inconscient, mais également à la conscience supérieure du patient. Cette forme d’hypnose agit donc en totale conscience.

La nouvelle hypnose

Le terme de l’hypnose a été inventé par le sexothérapeute Daniel Araoz en 1979. Cette forme d’hypnose enrichit les techniques du docteur Erickson. La nouvelle hypnose se veut plus respectueuse de l’individu. C’est pourquoi le patient choisi lui-même, en séance, son évolution et ses objectifs.

Mécanismes de l’hypnose

Bien que la science s’intéresse depuis longtemps à l’hypnose, l’imagerie cérébrale a permis une amélioration des connaissances sur le fonctionnement du cerveau. On peut remarquer que certaines aires cérébrales sont activées lors de séances d’hypnose. Lors d’électroencéphalogrammes de sujets hypnotisés, on a pu remarquer un ralentissement des ondes cérébrales, phénomène qui s’observe également lors de l’endormissement.

Hypnose et douleur

Le professeur Faymonville au CHU de Liège (Belgique) démontre que l’hypnose diminue l’activité des régions somatosensorielles ainsi que du cortex cingulaire antérieur qui participe aux aspects émotionnels et affectifs de la douleur.

Hypnose et attention

Deux études ont été faites à ce sujet, celle de Raz et celle de Egner, toutes deux parues en 2005. Ces études sont visiblement contradictoires. Cependant, toutes deux confirment qu’il n’existe pas une base cérébrale de l’hypnose et que les activités cérébrales sont dépendantes de la suggestion hypnotique utilisée.

Hypnose et mémoire

Tous les problèmes sont forcément inscrits dans la mémoire du patient. S’il est clair que la mémoire est gérée par l’inconscient, il est clair aussi que l’hypnose permet un accès à cet inconscient. Hypnose et mémoire, c’est l’association d’une faculté avec une technique, au service du patient.

Les approches thérapeutiques

« Un moment à la rencontre de l’inconscient, cet immense grenier à trésor »…
Aujourd’hui, l’hypnose est utilisée pour améliorer ou soigner de nombreux problèmes, des douleurs ou des comportements. C’est un des outils important des psychothérapeutes. De nombreux hypnotherapeute à paris sont réputés pour résoudre tous ces problèmes.

Addictions

Certaines personnes entretiennent une relation pathologique à un sujet, comme l’alcool, la drogue, le jeu, internet… Ce comportement détruit souvent la personne et sa vie sociale. L’hypnose a le pouvoir de traiter les addictions en déprogrammant les comportements qui sont à l’origine.

Peurs et phobies

Certaines personnes ont des peurs ou mêmes des angoisses irrationnelles, c’est une phobie. Ses peurs n’ont pas de raisons réelles d’être, même si elles nous poussent à agir différemment de ce que l’on voudrait. La phobie est invalidante car persistante, et tout seul, nous n’arrivons pas à nous en débarrasser. L’hypnose nous aide à vaincre ces peurs et ces angoisses irréelles. En s’adressant à l’inconscient, l’hypnose permet de relativiser les craintes, par paliers progressifs. Une séance d’hypnose permettra de rompre ce cercle vicieux. L’hypnose apportera ainsi au patient une vraie libération. L’hypnose est également utilisée pour arrêter de fumer, pour perdre du poids, pour se libérer du stress, pour renforcer la confiance en soi, pour gérer ses émotions, pour les troubles du sommeil… Il est très important de trouver un bon cabinet hypnose. Un medecin hypnotiseur ou hypnothérapeute qui pratique l’hypnose ericksonienne à paris sera à même de vous aider.

 

MYTHES ET CRAINTES LIEES A L’HYPNOSE

Aujourd’hui encore, une séance hypnose peut faire peur. C’est vrai que Charcot a utilisé l’hypnose pour des patients souffrant d’hystérie! Les vieilles idées ont la vie dure… L’hypnose suscite encore de nombreuses peurs, celles d’être manipulé, de lâcher prise, de perdre le contrôle, de ne plus être soi. Il faut savoir que pendant une séance hypnose, vous n’êtes réceptif qu’à ce qui est bénéfique pour vous. Vous acceptez les suggestions que si vous le souhaitez. Personne ne peut vous forcer à faire quoi que ce soit.