Hypnose et anesthésie


hypnose sous anesthesie 2La technique de l’hypnoanesthésie est de plus en plus utilisée dans les hôpitaux en France. C’est une thérapie qui facilite la pratique des gestes soignants douloureux, en assurant un confort maximal au patient.

L’hynothérapie  va  se substituer aux produits anesthésiants ou du moins réduire considérablement leur quantité.  Ce qui représente un avantage indéniable : ainsi tous les effets secondaires inhérents aux substances chimiques disparaissent.

Le patient et son hypnothérapeute

Il est indispensable que le patient soit convaincu du bien-fondé de la méthode, de son efficacité pour se montrer le plus réceptif possible.

Une ou plusieurs consultations préparatoires à l’hypoanalgésie sont mises en place. De par son attitude, la formulation de ses phrases, l’hypnothérapeute  doit montrer au patient qu’il se trouve en totale empathie avec  lui. C’est ce que l’on appelle « la communication thérapeutique ». C’est à ce moment-là qu’ils vont ensemble définir le thème qui sera développé lors de l’intervention (voyage, souvenirs, désirs…)hypnose sous anesthesie

Le jour de l’intervention, le thérapeute va demander à son patient de se concentrer sur quelque chose de précis, un bruit, une odeur, c’est ce que l’on appelle « dissocier les sens ». Après avoir pris une grande inspiration, celui-ci se retrouve en état d’hypnose. L’évocation du thème défini au préalable durant la séance préparatoire est alors abordé.

Il est nécessaire d’insister sur le fait que le patient est toujours conscient : il est seulement en état de conscience modifiée. La relaxation globale du système nerveux se produit  pendant ce laps de temps qui peut durer entre vingt et quarante minutes, et qui va permettre l’induction hypnothique du thérapeute.

L’anesthésie par l’hypnose, qui est concerné ?

Tous les publics peuvent avoir recours à l’hypnoanesthésie : les personnes âgées pour les traitements de plaies ou d’escarres, les enfants qui s’avèrent très réceptifs à ce genre de pratique, les femmes enceintes pour l’accouchement…

Les résultats sont très probants pour les coloscopies, les opérations de la cataracte, la chirurgie vasculaire, les perfusions, les ponctions lombaires …

L’hypnose, dans le domaine de l’anesthésie et de l’ « oubli » de la douleur pour des soins qui induisent une souffrance  n’en est qu’à ses balbutiements et compte tenu de la demande, toujours croissante, on peut s’imaginer qu’elle a de beaux jours devant elle.