Qu’est ce que l’hypnose conversationnelle ?


Parmi les méthodes de modification de l’inconscient des patients souffrant d’un trouble émotif ou de comportement, on distingue aussi l’hypnose conversationnelle. Une technique hypnotique qui ne suit pas nécessairement les étapes de l’hypnose classique à l’instar de la transe hypnotique. Que retenir de l’hypnose conversationnelle ? Un focus sur cet article pour en savoir davantage sur cette technique hypnotique basée sur le langage.

L’hypnose conversationnelle : qu’est-ce que c’est ?

L’hypnose conversationnelle est une pratique de l’hypnose orientée vers une relation d’aide sans l’hypnose. Il s’agit en fait d’un échange entre deux interlocuteurs où l’un est un praticien professionnel et l’autre, le patient qui cherche à trouver des solutions à son trouble émotionnel. De façon générale, l’hypnose conversationnelle est une façon de mobiliser et de modifier subtilement l’inconscient ou le comportement d’une personne sans qu’il ne s’en rende compte. Cette forme d’hypnose est axée sur la conversation ou la communication.
On l’appelle encore hypnose indirecte, elle est l’œuvre des recherches du célèbre Milton Erickson qui le pratiquait d’ailleurs sur ses patients. Elle a été rebaptisée hypnose Ericksoniènne.

L’hypnose conversationnelle : des séances plus intuitives

Les séances d’hypnose conversationnelle sont assez pratiques et intuitives. Débuter en hypnose conversationnelle semble être plus passionnant. C’est une forme de communication, voire une conversation entre deux interlocuteurs, entre le patient et l’hypnothérapeute. Cette conversation suit en partie la méthode de Carl Rogers sur la relation d’aide via l’écoute active. Le thérapeute écoute attentivement le patient afin de déceler les différents blocages, souffrances… ou traumatisme avant d’agir. Le but ici est de permettre au patient de redéfinir ou de redécouvrir ses potentialités afin de surmonter l’obstacle ou le problème.
C’est par la communication ou conversation que l’hypnothérapeute va pouvoir agir dans l’inconscient du patient via la suggestion d’idées, d’un comportement ou autres informations positives. Elles pourront inciter le patient à se réajuster, à modifier son comportement ou à surmonter ses craintes, troubles ou traumatismes. C’est au bout de quelques séances que le patient observera un changement significatif.

L’hypnose indirecte peut être résumée en deux étapes :

  • L’écoute active : il s’agit de la première étape qui consiste pour le thérapeute, à focaliser son attention sur le discours du patient ;
  • Mobiliser l’inconscient : ici, le thérapeute agit sur l’inconscient du patient via des techniques et détours appropriés.

L’hypnose indirecte : une alternative de l’hypnose formelle

La pratique de l’hypnose formelle est très souvent controversée. Il s’agit d’une pratique qui faire peur à certains patients du fait de l’état d’hypnose ou transe qui n’est ni plus ni moins qu’un état de veille consciente. L’hypnose indirecte se démarque donc de la pratique de l’hypnose formelle de par l’absence de cet état de transe. Elle se base uniquement sur l’échange verbal entre l’hypnothérapeute et le patient. Les patients ne souhaitant pas faire l’expérience de l’hypnose formelle peuvent bien bénéficier des bienfaits de l’hypnothérapie en optant pour l’hypnose conversationnelle axée uniquement sur la communication verbale.
L’hypnose conversationnelle est la technique la plus souple et douce pour permettre de résoudre un problème précis. Les patients sont déjà assez vulnérables de par leur trouble, souffrance ou dépression.